Étiquette : Via Campesina

Au-delà des frontières: la lutte pour la souveraineté alimentaire

Par Marie-Josée Massicotte, Claudia Beaudoin, Thomas Bernier-Villeneuve et Jessica Brousseau

Au-delà des frontières _ PDF

 

Depuis 2008, les crises alimentaire et économique ont ramené les questions agroalimentaires au cœur des débats, tant chez les politiciens qu’au sein d’organisations interétatiques telles l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), que chez les citoyens et acteurs de la société civile. Pourtant, il y a longtemps que les paysannes et les paysans du monde, en partenariat avec de nombreux réseaux de recherche, ont identifié les problèmes majeurs qui sous-tendent l’actuel modèle de production, de distribution et de consommation alimentaire. Cet article vise à distinguer ce que sont la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire, mais surtout à présenter quelques cas de mouvements sociopolitiques qui militent pour la souveraineté alimentaire, tant au nord qu’au sud des Amériques, afin de contrer les problèmes actuels (Mexique, Brésil, Québec).

Mouvements paysans et souveraineté alimentaire: L’exemple de la Via Campesina

MOUVEMENTS PAYSANS ET SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE : L’EXEMPLE DE VÍA CAMPESINA[i]*

Par Annette Aurélie Desmarais

L’exemple de la Via Campesina _ PDF

 

La crise alimentaire mondiale de 2007-2008, caractérisée par une montée des prix alimentaires, des manifestations urbaines et le déplacement constant des personnes pauvres des régions rurales, est un exemple clair de l’incapacité du modèle dominant de développement rural à éliminer la pauvreté. Ce modèle a failli à ses tâches principales : s’attaquer à la faim dans le monde et améliorer le sort de la majorité des paysans et des petits agriculteurs. La crise alimentaire mondiale récurrente est complexe et s’approfondit. Quelles sont les solutions envisagées pour y mettre fin?

Au delà de la crise alimentaire: La souveraineté alimentaire, repenser l’agriculture

Pourquoi réfléchir et débattre de la souveraineté alimentaire? La réponse est à la fois simple et complexe. Simple, parce que nous devons tous nous nourrir pour vivre et ce, de manière quotidienne. Complexe, parce que nos systèmes alimentaires et nos manières de produire sont de plus en plus intégrés mondialement et utilisent aussi des technologies et des intrants qui échappent aux premiers responsables de la production, les agriculteurs et les paysans.

L’alimentation, la faim et la souveraineté alimentaire sont également des questions d’actualité. En effet, l’année 2008 a été marquée par diverses crises internationales: énergétique, financière et alimentaire. Cette dernière a remis à l’avant-plan les enjeux de production et de politiques agricoles à l’origine de deux grands maux de l’humanité, soit la pauvreté et la faim. Face à cette crise, de nombreuses organisations d’agriculteurs et de citoyens ont vivement réagi en soulignant l’urgence de mettre de l’avant des politiques agricoles et de développement visant la souveraineté alimentaire.

L’idée d’une souveraineté alimentaire en tant que moyen de se sortir de la crise alimentaire et d’éviter à nouveau semblable tragédie est au cœur de ce numéro double de Possibles. Il se veut à la fois une introduction au concept de souveraineté alimentaire et une réflexion exhaustive et riche sur l’agroalimentaire, les communautés rurales du monde, mais aussi sur ce que mangeons (ou ne mangeons pas). Ainsi, nous souhaitons contribuer à soutenir le débat public sur l’avenir de l’agroalimentaire. Débat amorcé au Québec avec les différents rapports préparés pour la Commission Pronovost sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire et en cours actuellement dans le cadre du processus de consultation pancanadien, « Pour une politique alimentaire populaire ».

Bonne lecture!

Dominique Caouette

[scribd id=37470721 key=key-13n0fka44ttoles1bfsa mode=list]