Étiquette : OGM

Agriculture industrielle et biodiversité: Ce qu’il y a dans nos assiette, aujourd’hui, demain…

Par Vanessa Cotineau

Agriculture industrielle et biodiversité _ PDF

 

La souveraineté alimentaire est une thématique de plus en plus populaire sur la scène internationale. Elle est définie comme le droit des peuples d’élaborer leurs propres politiques agricoles. De ce fait, ils gèrent de manière autonome leurs moyens de subsistance et, du même coup, ils apprennent à tenir tête aux gouvernements contre l’établissement de politiques pouvant nuire à leur niveau de vie et à leur indépendance. La biodiversité est un élément de revendication essentiel dans le cadre de la souveraineté alimentaire. Des fermiers de partout dans le monde reconnaissent l’importance d’une grande variété d’espèces végétales et animales, tant au niveau de l’équilibre écologique que pour la sécurité alimentaire.

La lutte contre la contamination par les OGM dans le monde

Par GRAIN[i]

La lutte contre la contamination par les OGM dans le monde _ PDF

 

Dès la première introduction des OGM au milieu des années 1990, des groupes d’agriculteurs et des ONG avaient mis en garde contre les risques de contamination des autres cultures.  Et c’est ce qui s’est passé, exactement de la façon prédite. Nous nous intéressons dans cet article à la façon dont les communautés des différentes parties du monde qui ont été confrontées à une contamination ont élaboré des stratégies pour la combattre.

Lorsqu’on plante des cultures génétiquement modifiées (GM), elles contaminent les autres cultures avec leur matériel transgénique. Dans les endroits où des OGM sont cultivés à grande échelle, il est déjà devenu pratiquement impossible de trouver des cultures des mêmes espèces sans matériel GM.  La contamination s’étend même à des zones dans lesquelles les cultures GM ne sont pas officiellement autorisées.[ii] Le registre de contamination par les OGM, géré par GeneWatch UK et Greenpeace International, a documenté plus de 216 cas de contamination par les OGM dans 57 pays au cours des 10 dernières années, dont 39 cas en 2007.[iii]

Le beau risque génétique

Par Sylvain Charlebois

Le beau risque génétique _ PDF

 

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) suscitent de l’intérêt partout dans le monde depuis maintenant plusieurs années. Ils provoquent et dérangent plusieurs. Les manipulations génétiques font naturellement peur et soulèvent de nombreuses questions en lien avec la sécurité alimentaire. Les produits ayant des ingrédients génétiquement modifiés sont-ils dangereux? Les consommateurs doivent-ils s’inquiéter? Sur la scène mondiale, doit-on miser sur le rôle des OGM pour aider les pays en voie de développement?

Dans tous les cas, que ce soit pour le soja résistant à un insecte ou pour les bœufs modifiés afin de croître plus rapidement, la manipulation génétique est du même ordre : on doit prendre un nouveau gène que l’on transfère à l’organisme que l’on veut modifier, ce qui lui confère une caractéristique qu’il n’avait pas auparavant. Voilà, simplement expliqué, ce qu’est un OGM.

TROISIÈME DÉBAT: Le projet OGM: Entre espoirs et déboires

Par Timothé Nothias

Le projet OGM: Entre espoirs et déboires _ PDF

 

Déchaînant les passions, les trois lettres O.G.M. ne laissent personne indifférent.  Océan de Germes Maudits pour les uns, Objets de Grande Modernité pour les autres, les Organismes Génétiquement Modifiés, ou OGM, font partie de ces débats houleux dans lesquels on entend tout et son contraire. La controverse est musclée : il n’est pas rare d’entendre, par exemple, d’une part, que les OGM sont une indispensable opportunité à saisir au nom de l’avenir de la planète et, de l’autre, qu’au contraire, ils sont un danger environnemental incommensurable ! Les discussions entre partisans et opposants sont souvent pour le moins animées, avec des experts se qualifiant à mots à peine voilés d’« obscurantistes s’opposant aux progrès»  et de « vendus aux firmes agro-alimentaires ».

Au delà de la crise alimentaire: La souveraineté alimentaire, repenser l’agriculture

Pourquoi réfléchir et débattre de la souveraineté alimentaire? La réponse est à la fois simple et complexe. Simple, parce que nous devons tous nous nourrir pour vivre et ce, de manière quotidienne. Complexe, parce que nos systèmes alimentaires et nos manières de produire sont de plus en plus intégrés mondialement et utilisent aussi des technologies et des intrants qui échappent aux premiers responsables de la production, les agriculteurs et les paysans.

L’alimentation, la faim et la souveraineté alimentaire sont également des questions d’actualité. En effet, l’année 2008 a été marquée par diverses crises internationales: énergétique, financière et alimentaire. Cette dernière a remis à l’avant-plan les enjeux de production et de politiques agricoles à l’origine de deux grands maux de l’humanité, soit la pauvreté et la faim. Face à cette crise, de nombreuses organisations d’agriculteurs et de citoyens ont vivement réagi en soulignant l’urgence de mettre de l’avant des politiques agricoles et de développement visant la souveraineté alimentaire.

L’idée d’une souveraineté alimentaire en tant que moyen de se sortir de la crise alimentaire et d’éviter à nouveau semblable tragédie est au cœur de ce numéro double de Possibles. Il se veut à la fois une introduction au concept de souveraineté alimentaire et une réflexion exhaustive et riche sur l’agroalimentaire, les communautés rurales du monde, mais aussi sur ce que mangeons (ou ne mangeons pas). Ainsi, nous souhaitons contribuer à soutenir le débat public sur l’avenir de l’agroalimentaire. Débat amorcé au Québec avec les différents rapports préparés pour la Commission Pronovost sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire et en cours actuellement dans le cadre du processus de consultation pancanadien, « Pour une politique alimentaire populaire ».

Bonne lecture!

Dominique Caouette

[scribd id=37470721 key=key-13n0fka44ttoles1bfsa mode=list]

Histoire de bouffe: Qu’est-il arrivé à notre nourriture?

Histoire de bouffe

Par USC-Canada

Histoire de bouffe _ PDF

 

Pourquoi certains en ont beaucoup alors que plus d’un milliard de personnes sur la planète n’ont pas assez à manger? Histoire de Bouffe vous fera réfléchir sur notre système alimentaire bien mal en point.

Chacun d’entre nous peux aider à rebâtir un système alimentaire plus sain et plus fort. Nous pouvons, par les choix que nous faisons quotidiennement, rétablir nos liens avec les producteurs et la vraie nourriture. Regardez la vidéo (http://usc-canada.org/histoire-de-bouffe/) et ensuite poussez votre réflexion en cliquant ici à droite. Nous vous invitons à vous joindre à USC Canada pour trouver des solutions. Appuyez notre travail avec des collectivités agricoles de partout dans le monde.

Sécurité humaine et souveraineté alimentaire au Sud

Par Assétou Samaké

Sécurité humaine et souveraineté alimentaire au Sud _ PDF

 

Du point de vue de Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN), la souveraineté alimentaire est l’autonomie, pour toutes les nations, dans la production et la gestion de l’alimentation. La notion a théoriquement le même sens au Nord et au Sud. Cependant, dans la pratique, de nombreux pays du Sud sont dans une position de vulnérabilité structurelle qui les empêche de tendre vers cette autonomie, alors qu’elle est relativement plus accessible pour les pays du Nord. Tous les membres de COPAGEN s’entendent sur la définition de la souveraineté alimentaire; le réseau fut d’ailleurs très actif dans l’organisation du Forum de Nyéléni.

Renforcer et soutenir les mouvements sociaux

Par Devlin Kuyek

Renforcer et soutenir les mouvements sociaux _ PDF

 

Lorsque l’on parle de souveraineté alimentaire, il est primordial de souligner qu’elle est née d’une résistance au modèle agricole actuel. La souveraineté alimentaire a donc émergé d’une constatation de l’échec de plusieurs projets: la Révolution verte, les programmes d’ajustement structurel (PAS), l’OMC, les divers accords de libre-échange, etc. Dans ce système néolibéral, qui se dirige de lui-même vers une impasse, les paysans sont marginalisés des processus politiques qui déterminent l’orientation de l’agriculture. La souveraineté alimentaire, c’est donc la volonté de reverser ce pouvoir, qui, jusqu’aujourd’hui, était entre les mains des grandes institutions internationales et des multinationales agroalimentaires, pour le remettre entre les mains des premiers concernés par l’agriculture: les producteurs. La notion fait donc la promotion de diverses valeurs qui devraient orienter les choix agroalimentaires d’une société: l’écologie, l’égalité, l’humanité et un revenu décent pour les agriculteurs.