Editorial: la Justice Écologique : un élément de réponse aux changements climatiques?

Par Geneviève Talbot, Olga Fliaguine et Dominique Caouette

Voir PDF

Il n’y a plus de doute, l’origine du réchauffement climatique est anthropique, quoi qu’en disent les climato-sceptiques. Cette affirmation n’est pas tirée d’un manifeste écologiste alarmiste, mais plutôt énoncée dans le rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) paru en mars 2014. Bien que l’on sache que l’être humain est en grande partie responsable des changements climatiques, et que par conséquent nous sommes en mesure d‘agir pour modifier le cours des événements, l’inertie reste forte. Comment expliquer ce manque d’actions concrètes, alors que nous savons pertinemment que si nous continuons sur la même voie nous menaçons notre propre survie? Est-il possible que nous soyons incapables de répondre adéquatement aux défis que nous posent les changements climatiques, car ces derniers nous imposent à sortir de modes de pensée établis et fondés sur un modèle d’action axé sur l’État et son rôle central? Peut-on sortir de cette camisole de force intellectuelle et miser sur l’action des individus et leurs capacités d’agir collectivement pour changer le cours des choses ? Et si en plus, le phénomène des changements climatiques nous obligeait à sortir de ce cadre et à considérer le monde dans lequel nous vivons sous un autre angle, voir même sous plusieurs angles différents de façon simultanée, à la manière d’un prisme?

(suite…)

Lire la suite

Guerre et crise agraire en Syrie : revisiter le conflit syrien au prisme de la justice écologique

Par Efe Can Gürcan

Voir PDF

 

Introduction : un regard multifacette sur le conflit syrien

Le conflit syrien s’est transformé en l’une des pires crises humanitaires impliquant la plus sévère crise de réfugiés de l’époque post-guerre mondiale. La diffusion rapide de ce conflit depuis mars 2011 a eu d’irréversibles conséquences pour plus de 6,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et plus de 4,5 millions de personnes qui ont été forcées de fuir le pays (Otero & Gürcan 2016). La montée de la nouvelle droite dans les pays occidentaux – qui subissent toujours les conséquences de la crise du capitalisme depuis 2008 – coïncide d’ailleurs assez commodément avec l’afflux de refugiés et la diffusion du terrorisme islamiste à la suite du conflit syrien.

(suite…)

Lire la suite

Les réfugiés en Alaska : les oubliés de la lutte aux changements climatiques

Par Olga Fliaguine

Voir PDF

 

La question du réchauffement climatique est une malheureuse réalité actuelle. Les activités humaines provoquent d’importantes émissions de gaz dits à effet de serre (GES) qui empêchent la chaleur de s’échapper dans l’atmosphère, créant ainsi un réchauffement planétaire. Ce phénomène entraîne de nombreuses conséquences sur tout l’écosystème, comme la fonte des glaciers, l’augmentation du niveau des mers, diverses perturbations, notamment du cycle de l’eau, un dérèglement des saisons et l’augmentation en nombre et en intensité des catastrophes d’origine naturelle.

(suite…)

Lire la suite

Changer la vie. Les contraintes et les possibles

Par Gabriel Gagnon

Voir PDF

 

Au cours des années 70, le journaliste et philosophe André Gorz, inspiré par les travaux d’Yvan Illich, a montré comment il était possible de transformer notre existence en optant, par exemple, pour une réduction importante du temps de travail hebdomadaire et annuel et pour l’implantation d’une allocation monétaire universelle fournie par la société, permettant à chacun et chacune d’opter sans contrainte pour une forme choisie d’engagement ou de simplicité volontaire.

(suite…)

Lire la suite

Les droits humains pour la protection de l’environnement

Par Thomas Brossard

Voir PDF

 

Lorsque nous parcourons différents journaux ces jours-ci, force est de constater que la question environnementale est de plus en plus discutée et que les conflits concernant, entre autres, l’augmentation de l’exploitation pétrolière, la protection des milieux humides, les atteintes à l’environnement de diverses natures et surtout, les changements climatiques, sont de plus en plus mis à l’avant plan par les différents médias. Au milieu de ces conflits et de ces nombreux recours devant les tribunaux découlant de la problématique environnementale, se trouvent inévitablement des juristes pratiquant en droit de l’environnement. Ce n’est pas pour rien que l’on entend souvent dire que nous vivons dans une société de droit. Dans la recherche de solutions pour contrer les crises environnementales auxquelles nous sommes confrontés, il semble bien que les juristes continueront d’être des acteurs centraux.

(suite…)

Lire la suite

Climat/Énergie : ‘La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil’ citation de René Char

Par Alain Brunel

Voir PDF

 

Les mâchoires du piège climat/énergie se referment. Températures, précipitations, montée des eaux, acidification, extinctions : les records s’accumulent, le climat bascule. Et près de 25 ans après le début des négociations internationales sur le climat, notre système socio-économique est toujours aussi dépendant des énergies fossiles. Dopé à la drogue dure. Les énergies fossiles fournissaient encore 81 % de la demande énergétique mondiale en 2014. Selon les projections de l’Agence américaine d’information sur l’énergie, elles continueront à combler quelque 78 % de cette demande en 2040 (EIA 2016), en tenant compte des mesures internationales sur la table — mais sans le Clean Power Plan d’Obama et avant Donald Trump —, avec la croissance économique attendue des pays émergents, l’Agence internationale de l’énergie prévoit dans son scénario central une hausse de 30 % de la demande mondiale en énergie d’ici 2040 (WEO 2016), et ce, même en tenant compte des mesures annoncées à la COP21 de Paris. Cette demande en hausse serait comblée par l’ensemble des « énergies modernes », gaz et pétrole compris. Nos mesurettes ne font pas le poids devant l’appétit fossile : oléoducs Énergie Est, Keystone XL ou TransMountain, gaz de schiste, pétrole de roche mère, il nous en faut plus et plus encore. Tant qu’il y aura un marché. Face aux usages difficilement remplaçables des énergies fossiles et à la forte inertie sociale au changement, il n’y aura pas d’échappatoire, pas de solution miracle, pas de rédemption. Nous sommes piégés.

(suite…)

Lire la suite

Partager le fardeau climatique : Les marchés du carbone comme piste de solutions aux changements climatiques

Par Mark Purdon et Gabrielle Côté-Boucher

Voir PDF

Les changements climatiques sont devenus une réalité, et nous savons qu’il est impératif que le Québec en fasse davantage pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES). L’une des solutions apportées par le gouvernement du Québec fut l’instauration d’un système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de GES, qui, lié avec le système de la Californie, faciliterait la réduction des émissions et ce, à moindre coût. Les marchés du carbone sont souvent perçus comme l’apogée de la marchandisation de la nature. Issus d’un processus néolibéral contesté par plusieurs, les marchés n’offriraient, selon cette logique, qu’une solution artificielle, en plus d’aggraver les inégalités sociales, environnementales et économiques. Toutefois, si l’on se garde de tomber dans ce débat idéologique, l’expérience du Québec et de la Californie nous démontre qu’au sens politique, le système établi entre ces deux juridictions est un exemple substantiel de confiance et de coopération tangible. En effet, le principal attrait des marchés du carbone est la possibilité de former des marchés conjoints et ainsi, de permettre d’alléger le fardeau climatique des juridictions participantes en diminuant considérablement les coûts de réduction d’émission. Nous mentionnerons également que les gouvernements de la Californie et du Québec ne s’appuient pas uniquement sur le marché du carbone pour réduire leurs émissions. Les marchés ne sont souvent qu’un élément parmi un paquet réglementaire beaucoup plus varié qu’il y paraît. Ce sont les réglementations et non le marché qui sont en grande partie responsables des réductions d’émissions en Californie et au Québec.

(suite…)

Lire la suite