Étiquette : alimentation

Éditorial:

Éditorial – Au-delà de la crise : Repenser l’agriculture à travers la souveraineté alimentaire

Par Dominique Caouette

 

Éditorial _ PDF

 

Pourquoi réfléchir et débattre de la souveraineté alimentaire? La réponse est à la fois simple et complexe. Simple, parce que nous devons tous nous nourrir pour vivre et ce, de manière quotidienne. Complexe, parce que nos systèmes alimentaires et nos manières de produire sont de plus en plus intégrés mondialement et utilisent aussi des technologies et des intrants qui échappent aux premiers responsables de la production, les agriculteurs et les paysans.

L’alimentation, la faim et la souveraineté alimentaire sont également des questions d’actualité. En effet, l’année 2008 a été marquée par diverses crises internationales: énergétique, financière et alimentaire. Cette dernière a remis à l’avant-plan les enjeux de production et de politiques agricoles à l’origine de deux grands maux de l’humanité, soit la pauvreté et la faim. Face à cette crise, de nombreuses organisations d’agriculteurs et de citoyens ont vivement réagi en soulignant l’urgence de mettre de l’avant des politiques agricoles et de développement visant la souveraineté alimentaire.

Au-delà des frontières: la lutte pour la souveraineté alimentaire

Par Marie-Josée Massicotte, Claudia Beaudoin, Thomas Bernier-Villeneuve et Jessica Brousseau

Au-delà des frontières _ PDF

 

Depuis 2008, les crises alimentaire et économique ont ramené les questions agroalimentaires au cœur des débats, tant chez les politiciens qu’au sein d’organisations interétatiques telles l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), que chez les citoyens et acteurs de la société civile. Pourtant, il y a longtemps que les paysannes et les paysans du monde, en partenariat avec de nombreux réseaux de recherche, ont identifié les problèmes majeurs qui sous-tendent l’actuel modèle de production, de distribution et de consommation alimentaire. Cet article vise à distinguer ce que sont la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire, mais surtout à présenter quelques cas de mouvements sociopolitiques qui militent pour la souveraineté alimentaire, tant au nord qu’au sud des Amériques, afin de contrer les problèmes actuels (Mexique, Brésil, Québec).

Agriculture industrielle et biodiversité: Ce qu’il y a dans nos assiette, aujourd’hui, demain…

Par Vanessa Cotineau

Agriculture industrielle et biodiversité _ PDF

 

La souveraineté alimentaire est une thématique de plus en plus populaire sur la scène internationale. Elle est définie comme le droit des peuples d’élaborer leurs propres politiques agricoles. De ce fait, ils gèrent de manière autonome leurs moyens de subsistance et, du même coup, ils apprennent à tenir tête aux gouvernements contre l’établissement de politiques pouvant nuire à leur niveau de vie et à leur indépendance. La biodiversité est un élément de revendication essentiel dans le cadre de la souveraineté alimentaire. Des fermiers de partout dans le monde reconnaissent l’importance d’une grande variété d’espèces végétales et animales, tant au niveau de l’équilibre écologique que pour la sécurité alimentaire.

Les causes de la crise alimentaire mondiale de 2008

Par Soha Farouk *

Les causes de la crise alimentaire mondiale de 2008 _ PDF

 

Sur les 6,6 milliards d’humains que compte la planète, deux milliards y sont mal nourris, vivant avec moins de deux dollars par jour et un apport énergétique inférieur à 2700 kilocalories. Parmi eux, plus de 850 millions ont faim chaque jour (moins de 2200 kilocalories).  Cette image, déjà bien sombre, a été encore noircie en 2008 par des évènements que l’on croyait appartenir au passé: les émeutiers de la faim se sont manifestés sur tous les continents contre la dramatique flambée des prix des produits alimentaires. Au cours du premier trimestre 2008, les prix nominaux des principales denrées alimentaires ont atteint leur plus haut niveau en près de 50 ans, tandis que les prix réels atteignaient leur niveau record en près de 30 ans, marquant un décalage net par rapport aux revenus des ménages dans les pays en voie développement (CNRS. 2008).

Souveraineté alimentaire: un concept en émergence

Par Kheira Issaoui-Mansouri

Souveraineté alimentaire: un concept en émergence _ PDF

 

Il y a un peu plus de deux ans, une crise alimentaire mondiale provoquée par une hausse soudaine des prix de certaines denrées alimentaires de base faisait la une de l’actualité. Aujourd’hui, ce thème n’est plus à l’agenda médiatique, il a fait place à de nombreuses autres crises, laissant dans la mémoire de la plupart d’entre nous un souvenir vague et incertain d’une situation gravissime parmi tant d’autres. Or, pour de nombreux spécialistes des enjeux agricole et alimentaire, ce n’est qu’une question de temps avant que ne surgisse une autre crise semblable à celle de 2007[i]. Le système alimentaire mondial serait tout aussi volatil, dangereux et incertain qu’il l’était avant la crise et aucune action n’a été entreprise depuis pour remédier à la situation. Tout comme dans le cas de la crise financière, les leçons tirées de la crise alimentaire mondiale ne semblent pas se transformer en actions[ii] et, pendant ce temps, le statu quo règne.

Perspectives citoyennes et solidaires sur la souveraineté alimentaire et ses politiques – Introduction

Par Kheira Issaoui-Mansouri

Perspectives citoyennes et solidaires sur la souveraineté alimentaire et ses politiques _ PDF

 

Comme tout concept en émergence, la souveraineté alimentaire n’a pas une seule définition fixe et unanime, elle revêt plutôt différents sens selon les groupes qui l’adoptent. Le constat est le même en ce qui concerne la manière de la mettre en application : certains prônent des politiques globales, d’autres préfèrent une approche locale. Cette «nébuleuse» de sens peut être perçue comme une faiblesse. Après tout, comment peut-on faire avancer une cause dont le sens n’est pas le même pour ses défenseurs ?

Cependant, le fait que la notion n’ait pas de définition fixe faisant l’unanimité pour ses défenseurs est également signe que le concept est bien vivant, puisqu’on l’utilise et le remet en question, qu’on cherche à mieux le définir, à trouver un consensus parmi les diverses interprétations en «concurrence».

« Pour une politique alimentaire populaire » : Analyse du système alimentaire

19 mai 2010

« Pour une politique alimentaire populaire » _ PDF

 

Le projet « Pour une politique alimentaire populaire » (PPAP) est un réseau d’individus et d’organisations PPPAtravaillant à la création d’une première politique fédérale de souveraineté alimentaire. S’inscrivant au sein d’un puissant et dynamique mouvement pancanadien travaillant à la redéfinition de nos systèmes alimentaires, l’initiative PPAP propose une politique alimentaire fondée sur les principes de la souveraineté alimentaire. Cette politique assurera l’accessibilité d’aliments sains pour tous, créera un espace où les citoyens pourront façonner les politiques et les programmes alimentaires et développera un lien entre les individus et les environnements naturels.

État, bien commun et souveraineté alimentaire

Par Frédéric Paré

État, bien commun et souveraineté alimentaire _ PDF

 

C’est incontestable, les agricultures et les systèmes alimentaires du monde opèrent à l’intérieur de contraintes climatiques, thermiques et agronomiques incontrôlables, les plaçant dans une situation commerciale très inégale, voir intrinsèquement inéquitable sur le plan économique. Ces systèmes sont également conditionnés par une foule de considérations nationales légitimes et choisies, qu’elles soient d’ordre culturel, politique, sanitaire ou social. De plus, il suffit d’un très faible déséquilibre entre l’offre et la demande pour que le prix des denrées alimentaires, ou même celui des ressources utiles à leur production comme les terres agricoles, varient substantiellement et menacent des centaines de millions de personnes de la faim. La spéculation sur les inventaires de denrées alimentaires ou sur les sols arables et les changements climatiques qui affligent régulièrement les territoires agricoles d’événements extrêmes exacerbent cette faible élasticité économique. De plus, les dimensions fondamentales liées à la production des aliments, dimensions assujetties aux droits de la personne, comme le droit à l’alimentation, renforcent le caractère d’exception des aliments. La marchandisation des aliments banalise leur caractère unique, nivelle leur rôle fondamental et nie les responsabilités nationales pour les faire reposer sur les seules épaules des individus ou de sociétés privées. La cause de la souveraineté alimentaire est donc très juste. Elle relève même du gros bon sens. Mais qu’en est-il plus exactement ?

Mouvements paysans et souveraineté alimentaire: L’exemple de la Via Campesina

MOUVEMENTS PAYSANS ET SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE : L’EXEMPLE DE VÍA CAMPESINA[i]*

Par Annette Aurélie Desmarais

L’exemple de la Via Campesina _ PDF

 

La crise alimentaire mondiale de 2007-2008, caractérisée par une montée des prix alimentaires, des manifestations urbaines et le déplacement constant des personnes pauvres des régions rurales, est un exemple clair de l’incapacité du modèle dominant de développement rural à éliminer la pauvreté. Ce modèle a failli à ses tâches principales : s’attaquer à la faim dans le monde et améliorer le sort de la majorité des paysans et des petits agriculteurs. La crise alimentaire mondiale récurrente est complexe et s’approfondit. Quelles sont les solutions envisagées pour y mettre fin?