Mois : mars 2017

Villes vertes et douillettes Des pistes pour une urbanité saine et solidaire

 

Par Christine Archambault

Voir PDF

Quand un entrepreneur de Vancouver s’est mis à livrer de l’oxygène en Chine, nous n’avons malheureusement pas été étonnés outre mesure. Dans certaines régions du monde, le ciel reste obstinément bouché, et le soleil n’apparaît qu’à la télévision.

 

La ville polluée nous étouffe, la ville froide laisse les personnes âgées, les marginaux et les pauvres se détériorer dans des rues aveugles à la souffrance humaine. La ville de l’argent impose des quartiers et des apartheids visibles ou transparents. Les codes postaux décrètent à quels jeux nous avons le droit de jouer et à quel âge nous allons mourir.

L’être humain dans la nature

Par Martine Laffon

Voir PDF

Une réflexion sur les jardins thérapeutiques des centres hospitaliers européens

juin 2016

« C’est une triste chose, constatait Victor Hugo, de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

 

Il serait facile de dresser la longue liste des activités humaines à l’encontre de la nature depuis le XVIIIe siècle, en Occident, et qui s’accélèrent, selon les spécialistes en 1950, même si conjointement de nombreux progrès sanitaires, médicaux, sociaux furent aussi réalisés. Persuadés pour certains s’appuyant sur un mythe mal interprété, d’être maîtres et possesseurs de la nature, il était donc possible de s’en approprier les ressources naturelles grâce au progrès des sciences, des instruments et des techniques, et d’orientations économiques et politiques, sans souci du lendemain. Rejetant ainsi les anciennes conceptions symboliques d’une Terre Mère nourricière dont on foulait le sol avec délicatesse en pensant aux sept générations à venir, comme le raconte l’Amérindien Oren Lyons de la nation iroquoise, la conception d’une terre, réservoir de richesses exploitables à l’infini, émerge au nom d’un modèle de représentations rationnelles et économiques du monde.

L’urbanisation, un enjeu planétaire

Par Louis Bories-Azeau

Voir PDF

À l’heure actuelle, la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain. En 2050, on estime que plus de 65 % des habitants de la planète seront citadins (ONU habitat, 2013). Bien que ces prévisions ne soient peut-être que des conjectures, il ne fait aucun doute que les problèmes liés à l’urbanisation constituent désormais des enjeux majeurs du XXIe siècle. Face à une dynamique d’une telle ampleur, il convient de s’interroger sur les conséquences de l’urbanisation.

Le verdissement au service de la santé publique

Par Marie-Claude Robert

Voir PDF

 

La ville, défis de son évolution

Les défis pour l’habitant de la ville sont multiples : le transport, le logement, l’activité économique, l’alimentation, la sécurité, la salubrité, l’eau potable, l’air pur et la lumière. En constante évolution, cette recherche d’équilibre dans l’aménagement des villes pose toujours les mêmes problèmes de santé publique. Si la densification des villes est une réflexion nouvelle pour les villes du nouveau monde qui sont nées avec l’industrialisation (depuis les 150 dernières années) et plus largement dans l’Occident de l’après-guerre mondiale (1945), c’est toutefois un casse-tête pour la plupart des pays émergents dont l’économie se concentre dans des mégapoles de plusieurs millions d’habitants.

Le rôle des infrastructures végétales vertes dans la production de services écosystémiques en ville

Par Alain Paquette

 Voir PDF

C’est en 2007 que nous, êtres humains, sommes devenus une espèce majoritairement urbaine. Évidemment cette statistique est très variable sur la planète alors que par exemple, ici, au Canada, c’est plus de 80 % des gens qui vivent en ville, et ils étaient déjà majoritaires dans les années 20 (Statistique Canada, Recensement de la population de 2011). Cependant, ce n’est que récemment qu’on a commencé à se questionner sur le rôle des infrastructures végétales vertes dans la production de services écosystémiques en ville, créant au passage deux nouveaux termes à la mode. En parallèle, les deux dernières décennies ont aussi vu se développer une nouvelle science à partir de la préoccupation mondiale pour la perte de diversité : à quoi sert la biodiversité, ou plus précisément, comment affecte-t-elle le fonctionnement des écosystèmes ? On nomme ce champ de recherche « Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes ».

Pollution lumineuse : conséquences de l’éclairage artificiel de nuit sur l’intégrité nocturne et la santé humaine

Par Johanne Roby

 

Voir PDF
La splendeur d’un ciel étoilé a toujours fasciné l’être humain. Sa contemplation a été une des sources majeures de l’extraordinaire aventure créative que notre espèce a connue à travers les âges dans les domaines artistique et scientifique. Désigné comme patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, le ciel étoilé est en voie de disparition. Aujourd’hui, dans les pays industrialisés, la majorité de la population n’a jamais vu un ciel étoilé de qualité. Depuis l’avènement de l’électricité il y a ~130 ans, la lumière artificielle de nuit est omniprésente et ne cesse de croître. La disparition du ciel étoilé n’est plus le seul facteur préoccupant, car les preuves des effets de plus en plus inquiétants sur la faune, la flore et la santé humaine s’accumulent dans la littérature scientifique. Cet article expose l’état actuel des connaissances sur ce nouveau type de pollution.

Pour une ville accessible

Par Geneviève Boisjoly

Voir PDF

La planification des transports : plus qu’un enjeu de circulation

 

Divers groupes de soutien aux immigrants dénonçaient récemment les enjeux d’intégration liés à la possession d’un permis de conduire dans la ville de Québec. La possibilité de se déplacer en voiture était évoquée par de nombreux nouveaux arrivants comme un élément essentiel de leur démarche d’intégration, notamment pour pouvoir se déplacer jusqu’à leur emploi. Cette situation d’actualité illustre bien les enjeux sociaux liés au transport, l’accès à l’emploi n’étant qu’un exemple parmi tant d’autres.

La santé humaine et la ville : au cœur de « corriverts » intra-urbains revitalisants

 Par Jean Désy, vice-président des Verts boisés du Fjord

Voir PDF 

L’aménagement et l’entretien de sentiers urbains s’inscrivent depuis près de vingt ans maintenant, dans les interventions majeures de l’OSBL saguenayen Les Verts boisés du Fjord, dont le rêve est fondamentalement de voir la ville se doter d’une véritable politique de foresterie urbaine. Cette obsession constante de préserver et de mettre en valeur le patrimoine forestier saguenayen, rejoint bien sûr toutes les vertus reliées à la santé écologique du territoire municipal global, que sont :

Pour une cité diversifiée, chaleureuse, ouverte et respectueuse des droits des femmes

Par Nadine Jammal

Voir PDF

Ce texte a été écrit avant la tuerie qui a été perpétrée récemment dans une mosquée à Québec. Je voudrais le dédier à tous mes amis musulmans qui ne doivent plus se sentir vraiment en paix au Québec et qui ont perdu un ami, un père ou un frère à la suite de cet acte barbare. Pour que Dieu, s’Il existe, nous protège, comme le disait Georges Brassens, des « imbéciles heureux qui sont nés quelque part ».