Kiuna : enseigner et apprendre dans un milieu de vie qui nous appartient

Par Prudence Hannis

Voir l’article ici

Fondée par le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN), l’Institution postsecondaire des Premières Nations Kiuna a ouvert ses portes à l’automne 2011 et y accueille aujourd’hui près de 60 étudiants autochtones inscrits dans son programme Sciences humaines – Premières Nations (DEC 300.B0). Ce programme préuniversitaire unique en son genre et dûment reconnu par le Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MÉESR) est offert en collaboration avec le Collège Dawson et le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue (CAT).

Kiuna, un mot abénaquis signifiant «Nôtre», est tout à fait approprié pour désigner cette nouvelle institution d’enseignement. Située dans la communauté abénaquise d’Odanak, dans la région du Centre-du-Québec, Kiuna accueille des étudiants de différentes nations autochtones du Québec et d’ailleurs, désireux d’entreprendre ou de poursuivre leurs études postsecondaires dans un milieu conçu par et pour les Premières Nations.

 

Dirigée par une équipe constituée à 85% de membres d’une Première Nation, son projet éducatif vise à offrir un environnement collégial adapté aux réalités de ses étudiants, à l’intérieur duquel les ressources humaines, les programmes, les services les méthodes d’enseignement et le matériel pédagogique tiennent compte de la culture et des traditions des Premières Nations.

 

Dispensée dans un milieu de vie bilingue et convivial, la formation académique propose un programme dont le contenu est axé sur les enjeux et les réalités des Premières Nations. Les étudiants se familiarisent avec les artistes, entrepreneurs, auteurs et philosophes autochtones, explorent les principaux événements ayant façonné leur histoire, et développent une meilleure connaissance de leurs institutions politiques, par exemple. Tout le programme, incluant les cours d’éducation physique, est adapté à sa clientèle.

 

Visant à former des citoyens responsables et fiers, son approche pédagogique se distingue d’une part par sa mise en valeur de l’histoire et du patrimoine culturel des Premières Nations et, d’autre part, par l’interaction dynamique entre l’école et les communautés autochtones, appelées à enrichir l’expérience d’apprentissage des étudiants. La transmission des savoirs académiques se jouxte aux savoirs et savoir-faire traditionnels, culturels et intergénérationnels dans un cadre d’apprentissage unique et complètement intégré. La culture est partie prenante de toutes les actions de Kiuna.

 

Les objectifs de Kiuna sont clairs : contribuer à former la prochaine génération de leadeurs en offrant une plus grande accessibilité aux études postsecondaires et en contribuant à accroître le taux de diplomation des apprenants autochtones pour ainsi combler l’écart de scolarisation en éducation postsecondaire. Pour ce faire, Kiuna mise sur le rehaussement de la fierté identitaire et le renforcement du sentiment d’appartenance, éléments-clés du succès académique et social et plus-value majeure de son programme.

 

Jusqu’à présent, 38 étudiants y ont reçu leur diplôme; 26 dans le programme de Sciences humaines – Premières Nations (300.B0) et 12 dans le programme d’AEC en éducation spécialisée et contextes autochtones (JNC.17). Précisons que si le programme phare de Kiuna est son programme de Sciences humaines – Premières Nations, elle dispense également des formations ponctuelles, à la demande des communautés. L’AEC en Éducation spécialisée et contextes autochtones, par exemple, a été le fruit d’une collaboration entre Kiuna, le Conseil en Éducation des Premières Nations, le Conseil de la Nation atikamekw et le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. Cette AEC a permis aux douze diplômées d’obtenir un emploi dans leur domaine de formation.

 

Pour les étudiants qui ont obtenu leur diplôme en Sciences humaines, 23 ont entrepris des études universitaires. Les disciplines vers lesquelles les étudiants se dirigent sont variées (sexologie, sciences politiques, enseignement entre autres), et certains d’entre eux complèteront, au cours de l’année, leur premier cycle universitaire.

 

Toujours en partenariat avec le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Kiuna dispense présentement une Attestation d’études collégiales en Travail administratif pour les Premières Nations et les Inuit (LCA.EZ). Seize étudiants autochtones sont présentement inscrits à ce programme, et s’ajoutent aux étudiants de notre programme régulier.

 

Bien que ses activités visent principalement les apprenants autochtones, Kiuna ne leur est pas exclusive. Elle est, en effet, accessible pour tout étudiant désireux d’entreprendre des études collégiales. Les règles d’admission sont également les mêmes que celles qui prévalent dans les autres Cégeps.

 

Pour en connaître davantage sur notre institution postsecondaire, consultez notre site Web, au www.kiuna-college.com, et suivez-nous via notre page Facebook officielle www.facebook.com/KiunaCollege.

 

 


 

Le Conseil en Éducation des Premières Nations est une association qui représente vingt-deux communautés des Premières Nations du Québec, appartenant à huit nations différentes, et dont le mandat consiste à défendre les intérêts de ses membres en vue d’améliorer la qualité des services éducatifs offerts aux apprenants des Premières Nations tout au long de leur cycle d’apprentissage.

http://www.cepn-fnec.com


 

 

***

Prudence Hannis est directrice associée de l’Institution Kiuna. Elle est Abénakise, de la communauté d’Odanak. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *