Mémoire

Par Carole Labarre

P3_Labarre_Memoire_vol39no1

Déposée au fond du canot
La mémoire d’un bout d’écorce

Encordée sur son bagage
Elle demeure tranquille immobile patiente

Elle me raconte son voyage millénaire
Nomade ses racines en tous lieux

Sur le dos de la rivière bercée
En aval puis en amont
Son voyage renouvelé
Brodé aux couleurs d’une fin d’été

Elle conserve dans ses fibres
Le souffle du littoral océanique
Le cri des goélands argentés

À la rencontre du Nord
Elle offre à Tshiuetin
Des effluves parfumés de l’Austral

Ensemble à la tombée du jour
Ils font danser les aurores boréales
Sur les monts de l’arrière-pays

Elle porte en elle le labeur de la volonté
Les souvenirs des makushan le rire des femmes
La survivance exaltée de l’humain

Dans les pores de cette peau de papier
Les rêves de mon aïeul
Se déposent

Une empreinte imperceptible
Un simple bout d’écorce
Porté sur un front ridé
En portage la mémoire ancestrale

Traduction des mots en langue innue :
Tshiuetin : vent du nord, le Nord
Makushan : un festin, un banquet rituel

Carole Labarre est originaire de la communauté innue de Pessamit au Québec. Son roman inédit « Pishimuss » illustre un humour débridé et ludique tandis que sa prose s’enracine en terre nomade. Ses écrits se veulent ainsi un rappel au battement du tambour et honorent la culture et les valeurs de son peuple. Elle a été publiée en 2014, dans l’anthologie « Langues de notre Terre » par les Éditions du Banff Centre Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *